• Les Michels

Vider une maison dans le cas d’un décès



La perte d’un parent est une épreuve pour chacun.


D’autant que viennent rapidement s’ajouter des impératifs matériels comme vider sa maison, notamment s’il était locataire.


Il faut donc réussir à garder la tête froide et à s’organiser.


Pourtant, il n’est pas toujours évident d’y voir clair : y a-t-il des conditions légales ? comment s’y prendre ? et que faire de ce dont on veut se débarrasser ?


Car à toutes ces questions viennent rapidement s’ajouter celle de l’héritage par exemple.


Voici quelques explications pour vous guider !




Les démarches à remplir en cas de décès d'un proche


Le décès d’un proche est un moment difficile à passer.


Et ce également à cause des démarches qui sont à remplir alors qu’on est en plein deuil.


Il est en effet très éprouvant de devoir remplir des papiers ou de prendre des décisions importantes alors qu’on est bouleversé.


Que ce soit pour la publication d’un avis de décès, la planification de l’enterrement ou pour régler les problèmes de succession, on se sent souvent déboussolé à l’idée de s’occuper de ces démarches administratives et juridiques dans ces moments-là. Et pourtant, c’est une étape fondamentale lors du décès d’un parent.


Premier impératif : prévenir la mairie de la commune où vivait la ou le défunt.


Il vous faut donc vous rendre à la mairie avec le livret de famille, la pièce d’identité du défunt ainsi qu’une copie du certificat de décès délivré par le médecin. Faites bien attention aux délais impartis, variables selon les juridictions.


Il vous faut ensuite clôturer les comptes de votre défunt père ou mère.


Contactez les banques et autres établissements concernés pour les informer du décès.


Si le défunt était salarié, il vous faudra aussi prévenir l’employeur et lui demander le solde de l’employé ainsi que son dernier bulletin de paie, un certificat de travail et une attestation de présence.


L’employeur peut aussi avoir souscrit à une assurance ou une mutuelle pour ses employés, il faut alors vous enquérir des modalités et conditions contractuelles. En effet, dans certaines situations les ayant-droits peuvent encore en bénéficier.


Enfin il vous faudra prévenir les organismes concernés comme la Sécurité Sociale et l’Assurance Maladie.


Si votre père ou mère était retraité(e), il faut également prévenir la caisse de retraite à laquelle il était affilié. Si vous avez perdu votre époux ou votre épouse, et que vous avez plus de 55 ans, vous pouvez demander une retraite et une pension de réversion, ce sous conditions.




Assurer la succession


Vient ensuite le problème de la succession.


Qu’est-ce que c’est ? La déclaration de succession est une sorte de bilan qui liste tous les biens et/ou dettes de la personne défunte.


Celle-ci doit obligatoirement être réalisée par un notaire s’il y a un contrat de mariage, un bien immobilier ou un testament. Autrement, vous pouvez faire la déclaration de succession vous-même. Attention toutefois, il faut la délivrer au plus tard 6 mois après le décès, ou 12 si le décès est intervenu à l’étranger. Pensez donc à vous organiser car il n’est pas toujours facile de faire la liste de tous les biens d’une personne.


Vous trouverez sur le site des impôts le formulaire 2705 qui est à remplir. Il est facile à télécharger et peut être complété par un particulier. Le formulaire doit être rempli en deux exemplaires et signé. D’autres formulaires sont à remplir si le défunt possédait une assurance vie ou un patrimoine immobilier. Aussi, quelques renseignements sont à fournir. En premier lieu, votre lien avec le défunt : êtes-vous l’un des enfants ou un parent ? Précisez également la situation maritale du défunt. Enfin, pour établir la liste des biens, il va vous falloir faire un inventaire qui peut être éprouvant.


En effet, au moment d’un décès, il faut vider l’appartement, solder les comptes, essayer de collecter des informations sur les différentes mutuelles auxquelles a pu souscrire le défunt, un travail fastidieux. Si la personne tenait un classeur organisé cela devrait considérablement vous faciliter la tâche, autrement cela va vous demander du temps. Il est donc aussi bon de préparer son propre décès en essayant d’organiser et de rassembler les informations importantes pour ses légataires.



L’inventaire de la maison du défunt


Avant de vider la maison de son parent, il faut procéder à un inventaire complet.


Que ce soit pour établir la déclaration de succession ou simplement pour organiser le tri des biens, c’est une étape décisive. Mieux vaut donc ne pas s’en occuper seul. Répartissez-vous les tâches : par pièce, par type de biens…


D’autant que le chagrin peut vous rendre l’inventaire encore plus difficile. Ainsi, des souvenirs peuvent ressurgir. On peut aussi se retrouver dans l’incapacité d’accepter le décès d’un père ou d’une mère. Se faire aider peut alors être une bonne solution, que ce soit sur le domaine moral ou matériel. Aussi, essayez dans la mesure du possible de prendre votre temps. Le simple fait de retomber sur un objet ayant une valeur sentimentale peut vous bouleverser.



Pour faire votre inventaire, classez les divers éléments : les biens immobiliers, les soldes et dettes, les objets du quotidien par exemple la vaisselle, les vêtements, les objets de décoration…


Débarrassez-vous rapidement de tout ce qui est abîmé. Si le défunt était âgé, il peut avoir emmagasiné de nombreux objets devenus inutiles.


Aussi, l’état de l’appartement est un enjeu majeur. Une personne âgée peut avoir délaissé son appartement car trop faible pour en assurer l’entretien. Il vous faudra donc rapidement remettre de l’ordre pour pouvoir faire votre inventaire dans les meilleures conditions.


Il peut être utile de faire appel à une entreprise de nettoyage avant de vider une maison. Là-encore, il ne faut pas sous-estimer la dimension éprouvante qu’il y a à vider la maison d’un proche. Faire intervenir des professionnels pourra donc s’avérer une aide précieuse dans vos démarches. Enfin, si vous êtes plusieurs, n’hésitez pas à vous relayer, surtout si vous êtes actifs et ne pouvez pas poser plusieurs jours de congés.



Comment se répartir les biens ?


C’est sans doute l’une des questions fondamentales mais aussi l’une des angoisses des légataires.


D’abord, parce qu’il est extrêmement douloureux de perdre un proche, mais ensuite et surtout parce que cela peut être à l’origine de conflits dans la famille, et ce au pire des moments. Il faut donc faire en sorte de mettre toutes les jalousies et autre rancœur de côté afin de travailler ensemble dans la mesure du possible. Faites d’abord le point entre vous : chacun a ses souvenirs et a donc une relation particulière avec certains biens. Il peut aussi y avoir des circonstances importantes à prendre en compte. Si l’un des petits-enfants prépare un emménagement, il peut être utile de lui laisser de la vaisselle ou de l’électro-ménager.


L’enjeu financier est aussi fondamental. Ainsi, avant de vider la maison et dans le cas où la personne n’a pas rédigé de testament, c’est à vous de vous mettre d’accord. Vous pouvez par exemple vous partagez les biens selon le degré de lien que vous avez avec le défunt. Parmi les légataires, il peut y avoir les enfants, l’époux ou l’épouse, mais aussi des personnes n’étant pas liées directement avec le défunt. C’est aussi à prendre en compte. N’hésitez pas à demander à chacun si le défunt a pu lui dire quelque chose de vive voix quant à ses dernières volontés.


Mais lorsqu’il s’agit de vider une maison, le plus éprouvant est sans doute de se débarrasser de tout ce dont on ne sait que faire. D’abord parce que c’est difficile de se dire qu’on va revendre ou jeter des biens ayant appartenu à quelqu’un qu’on aime, mais aussi parce que le ou la défunte a pu clairement demander à ce qu’on ne donne pas ses affaires. Seulement, il est souvent impossible de tout garder, d’autant plus lorsque vous souhaitez revendre la maison ou lorsque la personne était locataire et que vous devez donc vider les lieux.



Quelles solutions ?


Alors, quelles solutions s’offrent à vous ?


Une fois l’inventaire fait et votre déclaration de succession rédigée, il est temps de mettre la main à la pâte. Après vous être répartis les biens que vous souhaitez conserver, il faut maintenant vous occuper du reste.


La première solution est de faire appel à des professionnels, par exemple à des brocanteurs qui peuvent déjà vous aider à vous débarrasser d’une bonne partie des objets. Les numéros des brocanteurs sont généralement publiés dans les journaux régionaux, il peut donc être utile de les consulter. Mais cette solution peut s’avérer limitée. Les brocanteurs vous offrent en général un dédommagement assez faible pour les biens, et on peut aussi être amené à négocier alors que le moment ne s’y prête pas.


Ainsi, nombreux sont les particuliers à avoir opté pour la solution du vide-maison qui est très appréciée. Pensée sur le modèle de la brocante, le vide-maison est plus facile à mettre en place puisque ce sont les acheteurs potentiels qui viennent directement dans la maison à vider. Pour ce faire, il vous faudra prévenir la mairie de votre commune au moins un mois en avance. Pensez aussi à la publicité : distribuez des flyers dans les commerces de proximité et n’hésitez pas à publier une annonce dans les journaux ou sur les réseaux sociaux.


D’autres solutions existent, à commencer par la déchetterie pour jeter les encombrants, produits non recyclables et autres biens endommagés. Vous pouvez aussi penser aux associations, notamment pour les vêtements laissés. Ils profiteront ainsi à ceux qui en ont le plus besoin. C’est à la fois faire un beau geste et offrir à ces vêtements une seconde vie. Une solution qui conviendra tout à fait à celles et ceux qui ont du mal à l’idée de jeter des biens ayant appartenu à un parent.



Bien organiser son vide-maison


Un vide-maison consiste à faire venir les acheteurs directement dans la maison qui est à vider.


C’est donc quelque chose qui se prépare en amont. D’abord, organisez votre vide-maison sur plusieurs jours. Ça prend du temps, on ne se décide pas à acheter un meuble important sur un coup de tête. L’idéal étant donc d’organiser votre vide-maison sur un week-end. Mettez également un panneau devant la maison pour informer les passants. Aussi, et là-encore en amont, pensez à bien distinguer ce qui est à vendre de ce qui ne l’est pas. Vous pouvez par exemple placer les biens que vous souhaitez conserver dans une pièce fermée à clé. Il convient aussi d’être plusieurs le jour J pour garder un œil sur chaque pièce.





L’avantage principal du vide-maison est qu’il vous permet en général de vendre la quasi-intégralité des biens que vous ne souhaitez pas garder, et d’en tirer un bon prix. Attention toutefois à ne pas sous-vendre. Sous le coup du chagrin, ou simplement parce que vous souhaitez en finir le plus vite possible avec ces questions matérielles, vous pouvez accepter un prix bien inférieur à la valeur réelle de vos biens. Mais vous serez sans doute amené à le regretter. Affichez donc clairement des prix et évitez un maximum la négociation.


Enfin, soyez organisé. Séparez les biens selon leur catégorie : les meubles d’un côté, les vêtements de l’autre. Nettoyez bien les objets qui sont à vendre et soyez honnête sur leur état. Accompagnez aussi vos acheteurs potentiels pendant leur visite et renseignez-les au maximum. Ainsi, votre vide-maison devrait vous permettre de tourner cette page difficile. Il ne vous reste alors plus qu’à prendre soin de vous pour vous remettre de cette épreuve !




Source :


- Vider une maison après un décès

- Quand il faut vider la maison d'un proche

- Déclaration de succession, où, quand, et comment la déposer ?

- Quelles sont les démarches à suivre suite à un décès ?



0 vue

MAVEN

MAVEN est un service de débarras de maison et d'appartements à la demande. Nous intervenons chez les particuliers à Paris, en Île-de-france et dans les régions de Lyon et Belfort.

Station F - 5 parvis Alan Turing

75013 Paris

contact@societemaven.com

09 80 80 85 83

©MAVEN 2019