MAVEN

MAVEN est un service de débarras de maison et d'appartements à la demande. Nous intervenons chez les particuliers à Paris, en Île-de-france et dans les régions de Lyon et Belfort.

Station F - 5 parvis Alan Turing

75013 Paris

contact@societemaven.com

09 80 80 85 83

©MAVEN 2019

  • Les Michels

Les meilleures initiatives de la Silver Economy et de l’intergénérationnalité



Alors qu’on dépasse régulièrement les 80 ans d’espérance de vie, notamment chez les femmes, un nouveau phénomène apparaît : l’intergénérationnalité. En effet, jusqu’à 5 générations peuvent se retrouver à vivre ensemble que ce soit dans un quartier ou même dans une maison. Or, ce phénomène met en avant un lien substantiel entre amélioration de la qualité de vie, et activités intergénérationnelles. Mêler les générations est un puissant stimulant et permet même d’entretenir son corps et surtout son esprit.


C’est donc avec raison que la Silver Economy, ce marché qui se spécialise dans l’offre destinée aux séniors et à l’aide aux personnes âgées, en a fait l’un de ses principaux chevaux de bataille. L’occasion de faire un point sur les meilleures initiatives.



Les bienfaits d’un contact intergénérationnel


Notre époque entretient quelque chose d’assez paradoxal : alors que l’on se plaint du manque de contacts entre les gens, nous vivons dans une société dans laquelle peuvent cohabiter jusqu’à 5 générations. Un vivier de ressources et d’occasions nouvelles dont il serait bon de profiter que ce soit pour renouer le contact interpersonnel ou tout simplement pour profiter des bienfaits qu’il y a à entretenir des liens entre aînés et descendants. Or, c’est sur ce terrain que la Silver Economy souhaite tirer son épingle du jeu. Ce secteur de l’économie qui se spécialise dans l’offre destinée aux séniors en a fait l’un de ses principaux enjeux. Ainsi, nombreux sont les projets à encourager la cohabitation ou tout simplement de mêler activités destinées aux plus jeunes et aux personnes âgées.


Cela permet d’abord de combattre l’un des principaux fléaux qui frappe les personnes âgées : la solitude et l’isolement. Se retrouvant régulièrement seule et dans des situations de dépendance, les personnes âgées peuvent être dans des situations difficiles où les risques ne sont pas que physiques. Dépression, sentiment d’abandon, ce sont autant de problèmes propres à notre société dans laquelle les mouvements de population ont parfois étiré les familles. Il est donc important de favoriser les liens entre les générations pour permettre de combattre ces difficultés et de venir en aide aux personnes âgées mais aussi aux plus jeunes pouvant se retrouver dans une situation de précarité.


Les activités intergénérationnelles sont alors des réponses adaptées à ces enjeux. Qu’elles permettent une activité physique ou intellectuelle, le contact avec des proches ou même de rassembler des inconnus, elles ont un effet à la fois stimulant et revigorant sur les personnes âgées. L’enthousiasme des plus jeunes a un effet bénéfique sur le moral des personnes âgées et ces effets se retrouvent même sur la dimension physique : améliorations neurosensorielles et cognitives arrivent vite au contact des plus jeunes et intéressent aussi bien les établissements spécialisés que les associations.



Les initiatives existantes pour favoriser le contact intergénérationnel


Il n’est donc pas étonnant que la Silver Economy se soit emparée de ce filon pour l’aider à se développer et, ainsi, constituer une offre répondant aux attentes et aux besoins des séniors.


Que ce soit en France ou aux Etats-Unis, il n’est pas rare de voir des maisons de retraite accueillir une fois par semaine des classes de maternelle ou d’école primaire dans ses locaux pour partager un repas. A Seattle, c’est même toute une école de maternelle qui a été intégrée à une maison de retraite pour favoriser le contact intergénérationnel. Les enfants prennent ainsi régulièrement part aux activités des séniors, ce qui offre à chacun des moments de transmission et d’épanouissement. Cette expérience a fait l’objet d’un documentaire intitulé « Old People’s Home for 4 years old » qui retrace le parcours des maternelles au sein de ces locaux pendant 6 semaines. L’impact sur les deux groupes témoigne du succès de ces initiatives.


Que ce soit pour partager un repas ou pour des activités communes, la France n’est pas en reste. Ainsi, les institutions spécialisées organisent des espaces d’interaction entre les générations : le midi, les enfants viennent partager le repas des séniors, l’après-midi des ateliers de lecture, de dessin ou même de calligraphie sont mis en place pour permettre aux plus âgés de transmettre leurs savoirs aux plus jeunes. De quoi voir bon nombre d’yeux s’écarquiller et des sourires se dessiner sur les visages.


Ainsi, selon une étude de l’Institut Max Plank, ce qui a favorisé l’allongement de la durée de vie et l’amélioration de ses conditions c’est la grand-parentalité. La fréquentation des plus jeunes, le rôle que se donnent ainsi les séniors, le développement d’habitudes construites autour d’activités communes permet de favoriser à la fois la santé physique et la santé mentale. Et, plus étonnant encore, ce mécanisme ne se limite pas simplement aux liens familiaux. Peu importe les liens éventuels, les activités intergénérationnelles ont le vent en poupe et ont des effets bien réels sur la santé de nos aînés mais aussi sur celle de notre société.



Les sorties intergénérationnelles


Et quoi de mieux qu’une sortie pour créer des liens ou pour partager un moment ? Certaines des initiatives intergénérationnelles en lien avec la Silver Economy se fondent sur l’initiative individuelle. L’idée est simple : mettre en place des plateformes permettant aux particuliers de proposer une sortie à faire à plusieurs afin d’entre en relation avec d’éventuelles personnes intéressées. Un peu pensées sur le modèle des sites de rencontre, ces plateformes ont une idée bien définie. En effet, elles investissent sur l’idée que l’initiative individuelle permet de proposer une offre plus diversifiée, plus variée et donc plus adaptée à chacun. Il vous suffit ainsi de vous rendre sur le site et de proposer une activité. Vous n’avez plus qu’à attendre que quelqu’un vous écrive et à vous donner un rendez-vous.


Cela laisse le champ libre à toute sorte de possibilités. Prenons l’exemple suivant : une personne âgée peut ainsi proposer une sortie au marché. Soit parce qu’elle a besoin de quelqu’un pour l’accompagner, soit simplement pour partager un moment de convivialité. Cela peut être l’occasion également de coupler ça avec un repas et même un atelier cuisine. Ainsi, vous pouvez proposer de vous retrouver au marché, de faire vos courses ensemble puis de préparer vous-mêmes votre repas. Que ce soit pour partager une recette ou simplement pour le brin de causette, ce type d’initiative vous laisse libre de combiner vos activités.


L’association Notre Temps propose ainsi une semaine des sorties entre générations. Cet événement est pensé pour promouvoir les activités intergénérationnelles mais aussi pour venir en aide aux personnes âgées, en luttant notamment contre l’isolement. L’an dernier, cette semaine s’est tenue du 18 au 24 novembre et permettait à des particuliers de proposer une balade en forêt ou à vélo, une sortie au marché voire même au cinéma. La seule condition étant de mêler les générations. Ces sorties sont ainsi souvent l’occasion de renforcer l’unité d’une famille mais aussi et surtout de créer du lien, peu importe que l’on partage ou non un nom. Les excellents retours ont ainsi poussé l’association à reconduire l’aventure.




L’habitat intergénérationnel


L’une des autres initiatives plébiscitées parmi les activités intergénérationnelles, c’est l’habitat intergénérationnel.


D’où vient cette idée ? De deux problèmes communs à notre société.


D’abord, évidemment, l’isolement dont sont victimes les personnes âgées qui se retrouvent souvent seules et dans des situations de dépendance. Outre les risques physiques encourus, cette situation a un fort impact psychologique pouvait aller jusqu’à la dépression. L’autre grand problème, c’est l’augmentation considérable de l’immobilier locatif, empêchant souvent les plus jeunes de s’installer dans des grandes villes pour la poursuite de leurs études. L’idée est alors apparue de proposer une solution pouvant résoudre ces deux problèmes.


L’habitat intergénérationnel peut ainsi prendre plusieurs formes. La première consiste à accueillir chez soi un jeune. L’idée est la suivante : un sénior en situation de perte d’autonomie peut ainsi proposer à un jeune de l’accueillir chez lui en échange de quelques services quotidiens. Cela peut bien évidemment en rester aux courses ou à la cuisine, mais le plus souvent cela donne lieu à de vraies relations et à de réels échanges. Ces initiatives deviennent l’occasion de développer un nouveau cadre de vie dans lequel les générations peuvent renouer contact mais aussi s’apporter mutuellement nombre de points positifs.


C’est ce que se propose de faire l’association Un Toit 2 Générations. Là-encore, cette association propose une plateforme mettant en relation les particuliers. Ainsi, des séniors peuvent proposer d’accueillir chez eux un jeune. La seule condition étant d’adhérer à la philosophie de l’association. Il ne s’agit évidemment pas simplement d’un service à la personne, mais de partager un logement et une expérience différente. Un jeune actif peut ainsi profiter de l’expérience de personnes plus âgées et apporter son propre dynamisme. Dans le meilleur des cas, ces habitats intergénérationnels ont même pu donner lieu à de véritables amitiés et apporter des résultats impressionnants dans l’amélioration du quotidien des différentes générations.

Credit: UnToit2Générations




Le jeu vidéo contre l’isolement des séniors


Malgré ce que l’on pourrait croire, il ne s’agit pas ici d’un nouveau jeu vidéo permettant d’incarner un personnage vivant dans une maison de retraite en réalité virtuelle et d’y développer son univers.


Non, cette initiative est bien réelle et vise à tacler deux préjugés largement répandus dans notre société. D’abord, le fait que les séniors seraient nécessairement réfractaires à toute forme de progrès. Loin de cette idée un peu toute faite, il s’agit bien plutôt de montrer que les activités intergénérationnelles permettent aussi de belles découvertes. L’autre, c’est que le jeu vidéo serait excluant. Tout au contraire, le jeu vidéo devient ainsi une occasion d’entretenir les capacités cérébrales, tout en permettant de tisser des liens entre les générations.


Ici, l’initiative est bien plus du côté de la nouvelle génération. Les récents développements technologiques et améliorations propres à l’univers du jeu vidéo ont permis l’émergence d’univers et d’activités nouvelles, ouvertes à toutes les générations et permettant à chacun d’y trouver son compte.


Les plus jeunes peuvent ainsi à leur tour transmettre et faire découvrir l’une de leurs passions à leurs aînés, les initier à un univers qu’ils ne connaissent pas et ainsi renouer le contact. En plus de quoi, les jeux vidéo ont déjà largement prouvé leurs effets positifs sur les capacités cérébrales et intellectuelles, que ce soit pour aider à leur développement ou à leur entretien.


L’association Silver Geek souhaite par ce biais contribuer au bien-vieillir des séniors.

Leur idée, c’est de briser la « fracture numérique ». Loin de l’image d’un numérique excluant les individus, l’association relève le défi d’en faire un vecteur permettant de créer du lien entre les générations. Et puis, après tout, les séniors actuels ont aussi connus les premiers jeux vidéo. Si ceux-ci se sont bien évidemment développés, ils sont loin d’être réfractaires à ce genre de technologies, d’autant que nombreux sont les jeux à avoir développé de véritables axes historiques et même philosophiques. Deux manettes et une console, voilà ce qu’il suffit pour permettre aux générations de se reconnecter et de partager un bon moment.


Découvrez Silver Geek à la Paris Games Week



Et en bonus…


Mieux encore, des activités intergénérationnelles peuvent prendre la forme de cours permettant de faire découvrir des arts un peu délaissés aux différentes générations.


Ainsi, sur les quais de Jussieu à Paris, des cours de danses de salon sont régulièrement organisés, ce pour réunir aussi bien les séniors qui s’offrent une seconde jeunesse au bord de la Seine ou pour faire découvrir quelques pas aux plus jeunes. Des cours de calligraphie, de peinture, ou même de couture sont ainsi organisés pour faire découvrir les arts d’hier aux générations d’aujourd’hui.


Enfin, les rencontres et activités intergénérationnelles ne poursuivent pas qu’un but fonctionnel, elles servent aussi à faire renaître des arts passés ou des savoirs oubliés, et permettent ainsi aux plus jeunes de se réapproprier une culture qui a été celle de leurs grands voire arrière grands-parents.